• Collège des Bernardins

    Les éditions du Patrimoine mettent à l’honneur un joyau quelque peu oublié de l’architecture et de la culture : le collège des Bernardins, chef-d’œuvre gothique en plein cœur de Paris. Fondé en 1248 par l’Abbé de Clairvaux, il accueille alors des religieux venus se former à Notre-Dame, qui étudient dans la monumentale grande salle, longue de 71 mètres ! À la fois école de théologie et monastère, le collège doit faire face aux critiques de l’ordre des cisterciens qui ne le voient pas tous d’un bon œil.

  • Les Petites Épiceries de mon enfance

    Lee Mekyeoung dresse un portrait tout en douceur de sa Corée natale en dessinant ces fameuses petites épiceries de campagne qui révèlent la beauté touchante et simple des villages qu’elle traverse. En 1998, elle tombe sous le charme de la petite bourgade de Gwaneum où elle s’installe et commence sa vie de famille : elle contemple la devanture de son épicerie de quartier qui reflète les forêts et les montagnes, et remplit son cœur de sérénité.

  • Robert Mallet-Stevens et ses photographes

    Dans les villes de Roubaix et de Croix, Robert Mallet-Stevens est surtout connu pour avoir imaginé, construit et aménagé la Villa Cavrois, véritable chef-d’œuvre architectural bâti en 1932. Construite pour Paul et Lucie Cavrois et leurs sept enfants, cette magnifique demeure connut des heures sombres, manquant de peu d’être démolie, avant d’être sauvée par un collectif qui permit sa rénovation, en faisant aujourd’hui un monument incontournable de toute visite dans la région ! Jusqu’au 2 septembre 2018, la villa Cavrois abrite une formidable exposition de photographies sur le travail de Robert Mallet-Stevens.

  • Abécédaire de la propagande en temps de paix

    « Nous sommes pour une large part gouvernés par des hommes dont nous ignorons tout, qui modèlent nos esprits, forgent nos goûts, nous soufflent nos idées. » Imaginé suite à la lecture de Propaganda d’Edward Bernays (Zones), penseur de la manipulation idéologique des masses en démocratie, cet abécédaire, illustré de lithographies, explore avec force et humour, la propagande captieuse dans laquelle nous vivons au quotidien.

  • Atlas de la France des années 1970

    Rangez au placard vos vieux clichés sur les années 1970, paillettes, cols pelle à tarte, pattes d’eph et disco endiablé ! Voici l’ouvrage qui décrypte pour vous cette décennie tant fantasmée et peut-être à l’image erronée. Alors oui, il faut dépasser la couverture et la préface de l’insubmersible Dave qui ne rendent pas compte de la richesse des données récoltées et transmises ici par Benoist Simmat et Aurélie Boissière.

  • Inside Out

    JR fait partie de cette nouvelle génération d’artistes qui a choisi la rue comme espace de création et d’exposition afin de toucher un public qui n’entrerait pas dans un musée. Cet artiste contemporain français, adepte du collage photographique, se définit comme un « artiviste urbain ».

  • Jean-Pierre Melville, une vie

    Caché derrière son personnage, stetson, lunettes noires et costume soigné, Jean-Pierre Melville fascine et intrigue aujourd’hui encore. Mais quel était l’homme derrière le cinéaste ? Antoine de Baecque tente de répondre à cette question avec une précision de chirurgien.

  • L’Aventure d’Actuel telle que je l’ai vécue

    Amis de moins de cinquante ans, passez votre chemin, ici il est question de maos, de trotskystes, de calumets de la paix bien chargés, de cheveux longs sans idées courtes, d’une presse qui voulait devenir libre alors que Pompidou vient de mourir et que Giscard vient d’être élu.

  • La Tapisserie française

    Somme précieuse et accomplie, La Tapisserie française dévoile huit siècles de trésors et d’excellence d’une fascinante technique artistique et artisanale. Ce reflet d’une Histoire riche de couleurs et de formes comblera le lecteur de ses beautés soigneusement reproduites et délicatement mises en valeur.

  • Le Canard Enchaîné 101 ans

    En octobre 2016, Le Canard enchaîné célébrait une deuxième fois son centenaire (il avait connu une publication erratique en 1915) en publiant un remarquable volume compilant un siècle de révélations et de dessins. Certains auraient pu croire que, vu son âge canonique, le volatile allait s’assagir mais c’était mal connaître les journalistes pugnaces qui y officient et ses mordants caricaturistes.