• À ce point de folie

    Franzobel reprend un épisode tragique de la marine française, celui du naufrage de la frégate napoléonienne La Méduse qui quitte le port de Rochefort en direction du Sénégal en juin 1816. Suite à de mauvais choix du commandant, elle s’échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie.

  • À malin, malin et demi

    Une décennie après les événements racontés dans Un homme presque parfait, Donald Sullivan est de retour. À 70 ans, Sully traîne toujours son genou fichu, mais grâce à un petit héritage, il peut enfin ralentir la cadence. Éternel stoïque, il s’efforce de cacher à ses proches que son cardiologue ne lui donne plus qu’un an à vivre.

  • Asta

    Ást, c’est amour en islandais. Mais dans ce pays où chaque pierre semble abriter un poète, l’amour n’est pas toujours chose aisée. Laissez-vous conter la vie d’Ásta, bercée par les mots de Stefánsson.

  • Asymétrie

    Un seul roman, trois parties distinctes : un amour entre une jeune femme et un grand écrivain à New York, la longue attente d’un homme à l’aéroport et enfin, une interview musicale. Rien ne semble relier ces trois récits. Pourtant, dans ce premier roman ambitieux, les indices se cachent entre les lignes.

  • Au loin

    Finaliste du prix Pulitzer, Hernan Diaz impressionne. Son premier roman s’inscrit dans la lignée des grands récits de l’errance, ranimant le genre par son surréalisme, son ingénieuse réinvention du western et sa propension à exprimer les préoccupations de notre temps.

  • Balles perdues

    Quel regard peut porter une enfant sur une Floride rurale, paumée et poisseuse, où le port d’armes est une règle et l’abandon de l’État une généralité ? C’est, entre autres, les questions que nous pose le brillant roman de Jennifer Clement.

  • Ceci est ma ferme

    Dans la lignée d’Une saison de coton : trois familles de métayers de James Agee (Christian Bourgois), Chris De Stoop livre le récit viscéral et mélancolique de la paysannerie néerlandaise.

  • Cette maison est la tienne

    Voici un grand roman américain dont le point de vue est particulièrement original : celui d’une famille indienne chiite. Les parents, Rafiq et Layla, sont arrivés aux États-Unis tout juste mariés. Ils ont trois enfants : deux filles, Hadia et Huda, et un garçon, Amar.

  • Comme un seul homme

    Qu’arrive-t-il lorsque que l’homme qui vous fait du mal est aussi celui à qui vous faites le plus confiance ? Le narrateur adolescent de Comme un seul homme et son grand frère ont choisi de prendre le parti de leur père dans le divorce douloureux (au sens propre) qui l’oppose à leur mère.

  • Dans la cage

    Ça commence par quatre pages éblouissantes qui vous laissent déjà presque exsangue et annoncent une lecture acérée et sans souffle : « La première fois que Daniel avait combattu dans la cage, c’était le jour de son vingt-septième anniversaire ».